Voyages.Vols.vol.chateau.téléphonie.nature.bio.treking.découverte ,avion.es.hôtels.voyagiste.energies renouvelables.magazines.mer.montagne.soleil.neige.

   

e
De César jusqu'aux batailles contre les Autrichiens en 1815e
I
I
I
e
 
 

 

L'emplacement occupé aujourd'hui par Fort l'Ecluse est sans doute, à quelques dizaines de mètres près, un point de passage utilisé déjà depuis la haute antiquité.

 

En effet, de par la configuration naturelle des lieux, cette percée du Rhône en contrebas donne vie à ce "Défilé de la Cluse", ce "Pas de la Cluse", cet étroit marche-pied entre deux espaces géographiques.

Nous pouvons aisément imaginer l'empreinte du passage des hommes laissée peu à peu, en face sur les pentes du Vuache et, plus profondement et durablement encore, de ce côté-ci du Rhône, là où aujourd'hui toujours le Fort s'accroche au pied des falaises du Mont Jura. Depuis les premiers peuples de chasseurs du Paléolithique puis du Néolithique (il y a 15 000 à 5 000 ans) ayant peut-être trouvé là, dans ce passage étroit et dangereux, un allié naturel dans leur difficile traque jusqu'aux échanges commerciaux plus confirmés de l'Antiquité, le Défilé deviendra le théâtre d'une circulation intense. Une circulation des hommes et des marchandises plus ou moins pacifique au gré des luttes d'influence pour en contrôler l'accès.

.

En -101 avant Jésus Christ, le Pays de Gex marque une zone frontière entre trois peuples gaulois : les Allobroges, les Séquanes et les Helvètes.

Quelques temps après avoir été nommé Consul (-59 avant J.C), puis Proconsul de la Gaule cisalpine et transalpine (-58 avant J.C), Jules César viendra précipitamment là, à la tête de cinq légions, s'opposer aux Helvètes ayant décidé de migrer vers l'ouest, passant le bassin du Léman pour se tourner vers la Gaule et la prospère Lugdunum (Lyon).

 

Afin de refouler cette migration des Helvètes, près de 370 000 hommes, souhaitant vivement repousser les limites de leur territoire, César entre donc en Gaule en 58 avant Jésus-Christ. C'est le début d'une conquête romaine qui durera huit ans et dont l'issue sera déterminante pour l'établissement des frontières de l'Europe occidentale.

Il apparait clairement dans les écrits de ce même Jules César, Bellum Gallicum, Commentaires de la guerre des Gaules-Livre 1er, relatant cet épisode géostratégique et militaire, que celui-ci avait implanté des fortifications provisoires mais complexes au sortir de Genève. Il semble que le défilé de l'Ecluse -dénomination bien plus tardive tirée de Clusa, Cluse- fut donc la pièce maîtresse dans l'implantation et l'organisation de cette fortification.


 

 

     

 

 

 

 

 

Erant omnino itinera duo, quibus itineribus domo exire possent. unum per Sequanos, angustum et difficile, inter montem Iuram et flumen Rhodanum, uix qua singuli carri ducerentur, mons autem altissimus inpendebat, ut facile perpauci prohibere possent; alterum per prouinciam nostram, multo facilius atque expeditius, propterea quod inter fines Heluetiorum et Allobrogum, qui nuper pacati erant, Rhodanus fluit isque nonnullis locis uado transitur. extremum oppidum Allobrogum est proximumque Heluetiorum finibus Genaua.

 

 

Jules César.

Guerre des Gaules. Livre I.

 

" Il n'y avait que deux chemins par lesquels ils pussent sortir de leur pays : l'un par la Séquanie entre le Jura et le Rhône, étroit et difficile, où pouvait à peine passer un chariot et dominé par une haute montagne, une faible troupe suffisait pour en défendre l'entrée ; l'autre, à travers notre Province, plus aisé et plus court, en ce que le Rhône qui sépare les terres des Helvètes de celles des Allobroges, nouvellement soumis, est guéable en plusieurs endroits et que la dernière ville des Allobroges, Genève, est la plus rapprochée de l'Helvétie avec laquelle elle communique par un pont."


"César, (...) éleva, depuis le lac Léman, que traverse le Rhône, jusqu'au mont Jura (...) un rempart de dix-neuf mille pas de longueur et de seize pieds de haut : un fossé y fut joint.
Ce travail achevé, il établit des postes, fortifie des positions, pour repousser plus facilement les Helvètes (...), s'ils tentaient de le forcer, il s'y opposerait. Les Helvètes, déçus dans cette espérance, essaient de passer le Rhône, les uns sur des barques jointes ensemble et sur des radeaux faits dans ce dessein, les autres à gué, à l'endroit où le fleuve a le moins de profondeur, quelquefois le jour, plus souvent la nuit. Arrêtés par le rempart, par le nombre et par les armes de nos soldats, ils renoncent à cette tentative."

 
 

Il faudra malgré tout patienter jusqu'à la fin du XIIème siècle, début du XIIIème, pour pouvoir témoigner d'une véritable occupation durable de cette Cluse de Gex, d'une réelle organisation humaine sur le site. Ceci sera le fait de moines de l'abbaye, toute proche, de Condat (Saint-Claude, dans le Jura).

Suite...

 

 
©2005 lesitedefortlecluse.orgCrédits & Ressources
                                                 
L E   S I T E D E F O R T L ' E C L U S E